Irving Penn…L’illusionniste

Rater l’exposition d’Irving Penn au Grand Palais! Impossible pour moi.

Les Tendances De Flo.

Irving Penn est né le 16 Juin 1917 à Plainfield dans le New Jersey.

Frère du cinéaste Arthur Penn, Irving se rend immédiatement célèbre par son travail de photographe de mode, grâce à Alexander Liberman, éditeur de presse du prestigieux magazine Vogue.

Penn est un vrai photographe de studio.

Je réalise à travers sa biographie qu’il ne s’intéressera jamais à la photographie hors studio.

Les lieux publics tels que la rue ou les cafés, ce n’est pas sa tasse de thé.

Toute sa vie, il va rester fidèle à la photographie de studio.

Tout son travail pourra être facilement analyser par les pros du métier.

À travers une image, ils réussiront à savoir où a été prise la photo selon l’éclairage de celle-ci tant Irving s’impose des conditions précises.

Je réalise très vite que la personne occupe une place majeure dans son œuvre.

Il a besoin d’analyser son modèle qui tient une place importante dans sa photographie de mode.

Pouvons-nous affirmer qu’il réalise au moment même du shooting une image de mode, je n’en suis pas sûre, tant il fait en sorte que ses images soient très proches du portrait.

Toutes ses séries datant de 1948 pour une commande de Vogue qui lui demande en cinq images de caractériser la mode de la première moitié du xxe siècle, semblent cadrées individuellement autour de la personnalité du modèle.

Je réalise qu’il demande systématiquement à ses modèles d’une façon presque mystique, d’oublier leur corps.

Je réalise également qu’il a un réel problème avec les membres inférieurs de ses sujets.

Cacher à tout prix un bras, le replier, le flouter, le noircir, mais surtout l’oublier.

Un relâchement de la pose et du vêtement dans ses images des années 1950 pour faire presque oublier qu’il s’agit de photographies de mode, jouant avec l’arrière-plan.

Accentué comme une scène sur laquelle Penn fait vivre ses modèles.

Qu’il s’agisse de mode ou de portrait, il va toujours mettre en valeur la personne dans le contexte social qui est le sien.

Une façon d’isoler et d’attirer ainsi l’attention sur ce qu’elle est vraiment.

Ce fond va faire ressortir le vêtement et tout le reste: Éclater le regard, définir l’individu.

Chaque vêtement, à partir du moment où il est présenté sur sa scène particulière devient pour Penn objet de mode.

Méticuleux à l’extrême, il crée lui même le stylisme de ces prises de vue.

Irving Penn va également se prêter au « nu » en particulier celui des danseurs.

Ce n’est pas l’œuvre que je préfère mais en regardant les images, je ressens une inspiration de la période cubiste de Picasso dont il vouait un culte fort.

Torturé, Irving Penn, peut être …

Sa vie tournera autour de sa muse, la ravissante Lisa Fonsagrives, sa femme, mannequin suédois qui l’inspirera toute sa vie.

En 1992, à la mort de Lisa, Penn devient solitaire… Il travaille de moins en moins…L’inspiration faiblit. Il n’a plus rien à prouver, il a tout donné.

En 2009, il s’éteint dans son appartement new-yorkais avec une vie de souvenirs bien remplis.

Les Tendances De Flo

2 réflexions sur “Irving Penn…L’illusionniste

  1. Merci de nous faire découvrir cette perception si personnelle et si vraie de l’oeuvre de ce grand photographe. Cela permet de se replonger dans son travail avec une vision différente. Continuez à nous enchanter avec vos univers à vous, c’est un régal à lire et à regarder !!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s