Zanzibar-Blues

Coucou mes abonnés!

Parfois le break s’impose… C’est comme une évidence, un besoin de lâcher-prise. Une envie de faire le vide mais aussi de trouver des réponses à des questions qui tournent sans cesse dans la tête.

J’ai donc décidé de m’envoler vers une île que j’adore: « Zanzibar« ! Une île paradisiaque sur le papier glacé des tours-operators mais dont je connais bien la face cachée. Une île magique et cruelle à la fois tant la pauvreté regorge à chaque coin de rue.

J’ai emmené dans ma valise mon appareil photo et je suis partie à la rencontre des tribus Maasaï.

L’homme qui murmure à la mer!

Sur ma route, j’ai découvert que ces tribus étaient de plus en plus oppressées par le gouvernement Tanzanien qui tente de les exproprier de leurs terres au profit du Roi d’Arabie Saoudite. Ce dernier, sur un caprice, s’est mis en-tête de voir s’y développer des réserves de chasse.

Les Maasaï se livrent des messages en chantant!

J’espère que les ONG humanitaires vont rapidement réagir et leur venir en aide.

Ces peuples méritent d’être protégés. Ce sont des guerriers et de grands éleveurs qui prennent soin de leur bétail.

Ils ne consomment ni viande, ni oiseaux ni poissons et se nourrissent principalement de plantes et d’herbe sauvage.

C’est un peuple fier et les femmes y sont mises en valeur par leur mari.

Propriétaires de leur maison, elles sont extrêmement protégées et respectées.

Elles tiennent une place prépondérante en ce qui concerne l’aspect financier des élevages de bétail.

Elles génèrent également d’autres sources de revenus en vendant des bijoux et des vêtements qu’elles créent et brodent pendant de longues heures. Le rouge est bien sûr la couleur qui définit les Maasaï.

La fille aux bijoux… Sublime de beauté & de bonté!

Ensuite, je suis allée à la rencontre des familles tanzaniennes et surtout vous l’aurez deviné, auprès des enfants.

Dignes et fiers!

J’avais besoin de me rendre compte des conditions de vie extrêmement précaires auxquelles ils sont confrontés. Comment ils vivent en brousse… C’est très dur à regarder sans pleurer.

J’ai été comblée de bonheur et d’amour par ces petits êtres qui n’ont rien mais qui, malgré l’extrême pauvreté, gardent en permanence le sourire. Une belle leçon à retenir.Être heureuse simplement.

Ils chantent pour que la vie soit moins difficile m’ont-ils confié… Ils ne boudent pas, ils ne se plaignent pas. Ils sont heureux d’être là.

Ils vont à l’école mais pourquoi? Il n’y a pas de travail! « Juste pour ne pas être idiot et être comme tout le monde » me souffle à l’oreille le petit garçon aux 🎧 sans musique.

J’ai été bouleversée par tant d’humilité et de respect des valeurs.

« Nos enfants » qui en veulent toujours plus devraient passer quelques jours avec eux…. Cela leur remettrait les pieds sur terre et ils réaliseraient pour certains, la chance qu’ils ont de vivre en France.

Ici pas de bon lit moelleux, ni de wifi, ni de téléphone portable! Juste une paillasse à même le sol et un bol de soupe et de riz en guise de repas… Parfois un peu de viande.Vivre en brousse, c’est trouver la nature pour se nourrir et se soigner!

Le regard doux et bienveillant…
Une maman qui protège ses petits.
Une petite fille qui mendie!

Des enfants errant pieds nus dans la forêt.

Cendrillon n’a qu’à bien se tenir!

À la fin de ma visite et après avoir réalisé que ma mission n’allait pas s’arrêter là, j’ai quitté mes petits, les bras remplis de cadeaux (faits-mains) et de fleurs (la larme à l’œil).

Pourquoi tant d’injustice dans ce monde où les richesses ne sont jamais redistribuées comme elles devraient l’être.

Les gouvernements ferment les yeux et s’en mettent plein les poches.

Les routes sont impraticables, les cliniques ressemblent à des bâtiments de fortune… L’eau est denrée rare.

Puis vous continuez votre route et à quelques kilomètres, la mer et ses hôtels de luxe où l’eau coule à flots pour entretenir les jardins:

Une baignoire remplie d’eau et de fleurs fraîches
Un contraste saisissant qui vous fait réaliser que le monde ne changera pas.

Que je suis une goutte d’eau dans la mer qui n’arrivera pas à lever les consciences.

Je termine mon voyage en me disant que si je reviens dans 10 ans, rien n’aura évolué.

Je retrouverai ces mêmes routes éventrées et ces enfants qui auront grandis et qui erreront dans la brousse, le sourire aux lèvres et le cœur sans espoir.

Pendant mon séjour, j’ai shooté quelques images avec l’envie de vous les faire partager.

Les Tendances De Flo

L’homme au vélo 2

La fille de l’eau!

Crédit photos: Les Tendances De Flo
Publicités

3 réflexions sur “Zanzibar-Blues

    1. Merci bcp chère audrey pour tes mots! Je songe de plus en plus à créer en effet mon association mais je connais tous les problèmes que rencontrent diverses associations et c’est vraiment très difficile de faire bouger les choses. Karongasoré par exemple est une grande association pour laquelle je me suis battue pendant plusieurs mois. J’y ai vu toute la complexité de faire comprendre aux donateurs que même 1 euro versé c’est énorme et c’est 1 euro vraiment versé! Les gens ne comprennent pas et pensent que l’argent n’est pas distribué. C’est dommage mais compréhensible! Beaucoup d’associations se comportent mal et ne redistribuent pas… Comment veux-tu par la suite faire passer une image sincère. Pourtant les ONG très connues s’en mettent plein les poches. Les Français et autres devraient donner aux petites associations…. C’est elles qui bossent vraiment

      J'aime

    2. Merci bcp chère audrey pour tes mots! Je songe de plus en plus à créer en effet mon association mais je connais tous les problèmes que rencontrent divers associations et c’est vraiment très difficile de faire bouger les choses. Karongasoré par exemple est une grande association pour laquelle je me suis battue pendant plusieurs mois. J’y ai vu toute la complexité de faire comprendre ste aux donateurs que même 1 euro versé, c’est énorme! Les gens ne comprennent pas et pensent que l’argent n’est pas distribué. C’est dommage mais compréhensible
      Beaucoup d’associations se comportent mal et ne te-distribuent pas… Comment veux-tu par la suite faire passer une image sincère. Pourtant les ONG très connues, s’en mettent plein les poches. Les Français et autres devraient donner aux petites associations…. C’est elles qui bossent vraiment

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s